Tous les dimanches à la campagne sont

ANNULÉS

Merci Marc DUCHEZ,

maire de Genouillé-17430
Pierre Dumousseau
À la découverte de Gaston Couté

Pierre Dumousseau

a de nombreuses années d'expérience de théâtre comme comédien et metteur en scène. Il est l'auteur de sketches pour le café-théâtre, de pièces, de contes musicaux (3 disques de contes ont été enregistrés) et un recueil de légendes imaginées À pas contés. Ce sont ces légendes qu'il conte avec beaucoup de talent lors de veillées-contes ou d'interventions en milieu scolaire. Il est aussi l'auteur de nombreux recueils de contes pour enfants.

 

Il campe un Gaston Couté sûrement moins déprimé que l'original et accommode la poésie de Couté avec l'accent charentais de ses origines, la force de la poésie de cet auteur dépassant largement les limites de sa Beauce natale.
Poète témoin (et critique) de la vie rurale du début du XXème siècle, puis chansonnier libertaire Gaston Couté (1880 - 1911) s'est engagé contre l’injustice et l’absurdité de son temps à l'image des Bruant, Botrel, Jehan Rictus ou Mac Orlan.
Ses poèmes et chansons ne vieillissent pas et ont toujours une résonance particulière dans notre société actuelle.

GASTON COUTE (1880 - 1911)
Gaston Couté est né à Beaugency dans le Loiret, le 23 septembre 1880, puis habitant dès 1882 à Meung sur Loire " le méchant bourg de trois mille âmes...".
Son père était meunier au Moulin de Clan, au hameau de Roudon.
Certificat d'études primaire à 11 ans, puis lycée Pothier à Orléans, (où il connaîtra Pierre Dumarchey, futur Pierre Mac Orlan), lycée qu'il quittera à 17 ans pour travailler à la recette générale d'Orléans.
Mais il ne se sent pas fait pour cette vie-là !
Dès son plus jeune âge, il est confronté aux règles, coutumes, traditions et rapports de force d'une société rurale cramponnée à sa terre et à ses valeurs ancestrales, au premier rang desquelles la religion, fonctionnant sur une organisation sociale quasi féodale.
Adolescent, il commence à écrire ses premiers poèmes, dans lesquels il porte un jugement sans complaisance sur le monde paysan qui l'entoure. Pour s'exprimer, il emploie le patois beauceron, il célèbre tout ce qui touche la nature avec ses beautés et ses bienfaits, tout en dénonçant avec force les riches fermiers qui exploitent les journaliers.
Il fustige également les hypocrisies sociales et les faux bons sentiments...
1898 : devenu reporter au " Progrès du Loiret ", il publie ses premiers poèmes dont " Le champ de Naviots ".
En Octobre de cette même année, il monte à Paris : premiers cabarets Boulevard Rochechouart, puis " L'Ane Rouge " avenue Trudaine et " Les Noctambules " où il rencontre Jehan Rictus, l'auteur des " Soliloques du pauvre ". D’autres célèbres cabarets Montmartrois l’accueilleront.1899 -1900 : il n'a pas vingt ans et il écrit ses plus beaux poèmes dont L'Ecole, Le Christ en bois, Les Gourgandines. Il prend souvent alors le pseudonyme de Pierre Printemps ou de Gaston Koutay.
1902 : période de succès dans les cabarets. Il rencontre notamment Poulbo, Modigliani, Picasso, etc... au " Lapin Agile ", l’un des plus célèbres cabarets Montmartrois
1910 : il collabore aux revues "la Barricade" et "La Guerre Sociale" avec des chansons d'actualité.
28 Juin 1911 : décès à l'hôpital Lariboisière, d'une phtisie galopante - tuberculose - qui l’emporte en quelques jours. La misère et l'alcool ont eu raison de lui. Il avait 31 ans.
Fils de tous les Villon, père de tous les Brassens, ce petit gars maigriot, aux regards de flamme, aux lèvres pincées, était un grand poète.
Il allait chantant les gueux des villes et des champs, dans son jargon savoureux, avec son inimitable accent du terroir. Il cherchait, même en patois, à être compris de tous, paysans, ouvriers, bourgeois... Il flagellait les tartuferies, magnifiait les misères, pleurait sur les réprouvés et sonnait le tocsin des révoltes.
« Un grand poète, vous dit-on ! »
Nul doute que l'oeuvre poétique de Gaston Couté a encore de beaux jours devant elle.

 

UN DIMANCHE

À LA CAMPAGNE

 

SPECTACLE À 15H00

 

Participation :

12 € prix public

9 € adhérent

6€ 12/25ans et chômeurs

Adhésion annuelle : 10€

 

Repas complet tout compris à 15 euros servi à 12h30

(uniquement sur réservation 24 heures avant au plus tard ) Nous ne sommes pas un restaurant, nous recevons chez nous et le repas n’est servi qu’à ceux qui restent pour le spectacle mais il est possible d’assister au spectacle sans prendre le repas

 

 Les Oiseaux de Passage

lesoiseauxdepassage@yahoo.com

lesoiseauxdepassage.fr@gmail.com

Tel : 06 72 32 53 76

 

Les oiseaux de passage

11 rue des Frênes

Hameau de la bouquetière

17430 GENOUILLÉ